Cette méditation nous présente la première apparition du messager du Seigneur à Abraham, mais ce n'est pas la première fois qu'il apparait dans le livre de la Genèse, il est déjà apparu à une femme, Agar, nous verrons cette rencontre dans la méditation n°22

Télécharger la méditation

A4 Noir et blanc
Résumé de la conférence

Jésus et le messager du Seigneur

(2e partie)

Textes de référence :

« Le messager du SEIGNEUR appela Abraham une seconde fois depuis le ciel ; il dit : Je le jure par moi-même, –– déclaration du SEIGNEUR –– parce que tu as fait cela, parce que tu n’as pas refusé ton fils, ton fils unique, je te bénirai et je multiplierai ta descendance comme les étoiles du ciel et comme le sable qui est au bord de la mer. » (Genèse 22.15-17)

« Le SEIGNEUR, le Dieu du ciel, qui m’a pris de la maison de mon père et du pays de mes origines, lui qui m’a parlé et qui m’a juré de donner ce pays à ma descendance, lui-même enverra son messager devant toi. » (Genèse 24.7)

Les textes bibliques sont cités selon la Nouvelle Bible Segond sauf avis contraire.

Réflexions :

Après le récit du festin offert par Abraham et celui de l’annonciation de la naissance du fils de Sara :  « Les hommes se levèrent pour partir et se tournèrent du côté de Sodome. Abraham marchait avec eux pour les reconduire. » (Genèse 18.16)

Abraham avait fait preuve d’une hospitalité remarquable pour ses hôtes et dans le même esprit de serviabilité et de prévenance, il fait un bout de chemin avec eux.

Que se passe-t-il au moment où les trois hommes quittent le campement d’Abraham ?

« Or le SEIGNEUR avait dit : Cacherai-je à Abraham ce que je vais faire, alors qu’Abraham va devenir une nation grande et forte, et que toutes les nations de la terre se béniront par lui ? Car je l’ai distingué afin qu’il ordonne à ses fils et à toute sa maison, après lui, de garder la voie du SEIGNEUR en agissant selon la justice et l’équité ; ainsi le SEIGNEUR fera venir sur Abraham ce qu’il a dit à son sujet. » (Genèse 18.17-19)

On a l’impression que l’auteur du texte ouvre une parenthèse sur une réflexion intérieure de Dieu qui rappelle les engagements qu’il a pris vis-à-vis d’Abraham. Puisque toutes les nations de la terre se béniront en Abraham, Dieu laisse entendre qu’il est de sa responsabilité de ne rien lui cacher.

Que se passe-t-il immédiatement après cette réflexion ? Pouvez-vous repérer dans les textes ci-dessous ce qui est dit des trois hommes qui ont visité Abraham ?

« Le SEIGNEUR dit : « Les cris contre Sodome et Gomorrhe sont si forts, leur péché si grave, que je vais descendre pour voir s’ils ont agi tout à fait selon les cris qui sont venus jusqu’à moi ; que cela soit ou non, je le saurai. » (Genèse 18.20, 21)

« Les hommes repartirent de là pour Sodome. » (Genèse 18.22)

« Mais Abraham se tenait encore devant le SEIGNEUR. Abraham s’approcha et dit : Vas-tu vraiment supprimer le juste avec le méchant ? » (Genèse 18.22, 23) Le texte de Genèse 18.24 à 32 présente un long échange entre Abraham et le Seigneur. Abraham fait part de son incompréhension et présente ses demandes à Dieu.

« Lorsqu’il eut achevé de parler à Abraham, le SEIGNEUR s’en alla, et Abraham retourna chez lui. » (Genèse 18.33)

« Les deux messagers arrivèrent à Sodome sur le soir. » (Genèse 19.1)

Cette fois Dieu parle et il rapporte ce qu’il a entendu dire de la conduite des habitants de Sodome et Gomorrhe. Il dit qu’il va descendre pour vérifier si ce qui lui est parvenu est vrai. Immédiatement après, les hommes partent pour Sodome mais Abraham est encore là devant le Seigneur. Abraham s’approche pour lui parler. Le patriarche intercède pour les justes qui habitent ces villes vouées à la destruction. Puis le Seigneur s’en va et Abraham rentre chez lui. Le soir, deux messagers arrivèrent à Sodome.

Pourquoi les messagers sont-ils deux seulement à arriver à Sodome ?

Pourquoi ne parle-t-on plus d’eux comme des hommes mais comme des messagers d’après ce qui est dit dans les versets ci-dessus ?

Au début du récit, ils étaient trois hommes ; à présent ils ne sont plus que deux. Le troisième homme, il n’en est plus question. Il ne peut être que celui qui est resté avec Abraham et qui a parlé avec lui, c’est-à-dire le Seigneur lui-même.

En prêtant attention, on s’aperçoit que le statut de ces deux messagers a changé depuis le début du récit. Ils étaient de simples accompagnateurs du troisième homme en qui Abraham a reconnu Dieu. Maintenant, on parle d’eux comme des messagers.

Ce terme est utilisé une seconde fois dans Genèse 19.15. Nous pouvons comprendre qu’ils ont été  chargés d’une mission. Le Seigneur avait dit « Je vais descendre pour voir s’ils ont agi tout à fait selon les cris qui sont parvenus jusqu’à moi ». Mais une fois que le Seigneur a dit cela, les deux hommes sont partis, le Seigneur est resté avec Abraham. Ils sont devenus des messagers parce qu’ils ont accompli une mission : Ils ont représenté Dieu qui avait dit : « Je vais descendre » pour constater ce qui se passe à Sodome.

Ce récit est une nouvelle confirmation que Dieu a la faculté d’apparaître sous forme humaine et c’est ainsi qu’il voulait se présenter à Abraham.

Comme Dieu l’avait annoncé, Sara a un fils, Isaac, dont le texte de la Genèse nous parle peu. Mais lorsque l’enfant est devenu un adolescent, Dieu se révèle une nouvelle fois à Abraham et lui fait une demande. Laquelle ?

« Prends ton fils, je te prie, ton unique, celui que tu aimes, Isaac ; va-t-en au pays de Moriya et là, offre-le en holocauste sur l’une des montagnes que je t’indiquerai. » (Genèse 22.2)

Cet enfant que Sara et Abraham n’attendait plus, Dieu leur a donné. Et maintenant, il leur reprend. Pourquoi ? Nous n’allons pas répondre à cette question dans cette étude qui est consacrée au messager du Seigneur mais nous l’aborderons dans la prochaine étude : Isaac une figure du Messie.

Qui est intervenu pour empêcher Abraham de sacrifier son fils Isaac, d’après les versets ci-dessous ?

« Lorsqu’ils furent arrivés au lieu que Dieu lui avait indiqué, Abraham y bâtit l’autel et disposa le bois. Il ligota Isaac, son fils, et le mit sur l’autel, par-dessus le bois. Puis Abraham tendit la main et prit le couteau pour immoler son fils. Alors le messager du SEIGNEUR l’appela depuis le ciel, en disant : Abraham ! Abraham ! Il répondit : Je suis là ! Il dit : Ne porte pas la main sur le garçon et ne lui fais rien : je sais maintenant que tu crains Dieu et que tu ne m’as pas refusé ton fils, ton fils unique. » (Genèse 22.9-12)

Juste avant qu’Abraham ne donne la mort à son fils, le messager du Seigneur intervient énergiquement pour l’en empêcher, reconnaissant qu’Abraham craint Dieu.

Comparez les deux déclarations ci-dessous ; qui a demandé à Abraham de sacrifier son fils ?

« Après cela, Dieu mit Abraham à l’épreuve ; il lui dit : Abraham ! Il répondit : Je suis là ! Dieu dit : Prends ton fils, je te prie, ton unique, celui que tu aimes, Isaac ; va-t-en au pays de Moriya et là, offre-le en holocauste sur l’une des montagnes que je t’indiquerai. » (Genèse 22.1, 2)

« Il [le messager du Seigneur] dit : Ne porte pas la main sur le garçon et ne lui fais rien : je sais maintenant que tu crains Dieu et que tu ne m’as pas refusé ton fils, ton fils unique. » (Genèse 22.12)

Notons que Dieu avait demandé à Abraham de sacrifier son fils, le messager dit « tu ne m’as pas refusé ton fils, ton unique », Dieu et son messager sont donc à l’origine de cette demande.

Qu’est-ce que la seconde déclaration du messager Seigneur nous révèle de plus sur l’identité du messager du Seigneur ?

« Le messager du SEIGNEUR appela Abraham une seconde fois depuis le ciel ; il dit : Je le jure par moi-même, –– déclaration du SEIGNEUR –– parce que tu as fait cela, parce que tu n’as pas refusé ton fils, ton fils unique, je te bénirai et je multiplierai ta descendance comme les étoiles du ciel et comme le sable qui est au bord de la mer. Ta descendance prendra possession des villes de ses ennemis. Toutes les nations de la terre se béniront par ta descendance, parce que tu m’as écouté. » (Genèse 22.15-18)

Dans cette seconde intervention du messager du Seigneur, on se rend compte qu’il parle pour Dieu, qu’il prête serment et que ce serment est une déclaration du Seigneur, c’est-à-dire de Dieu. Il reprend presque mot à mot les promesses et les bénédictions que Dieu avait annoncées à Abram lors du premier appel en Mésopotamie pour lui-même mais aussi pour toutes les familles de la terre (Genèse 12.1-3). Il en est de même pour la promesse d’une descendance qui doit être aussi nombreuse que les étoiles du ciel (Genèse 15.5).

Assurément par ces témoignages, l’auteur de ce récit apporte la confirmation que le Seigneur et le messager du Seigneur partagent la même identité.

Lorsqu’Abraham demande à son serviteur d’aller chercher une épouse dans son pays d’origine pour son fils Isaac, quelle promesse lui fait-il ?

« Le SEIGNEUR, le Dieu du ciel, qui m’a pris de la maison de mon père et du pays de mes origines, lui qui m’a parlé et qui m’a juré de donner ce pays à ma descendance, lui-même enverra son messager devant toi ; c’est là-bas que tu prendras une femme pour mon fils. » (Genèse 24.7)

Quelle conviction Abraham a-t-il développée au cours de ses différentes rencontres avec Dieu et avec le messager du Seigneur ?

Après avoir été en relation avec Dieu de différentes manières au travers de plusieurs de ses apparitions, Abraham a compris que Dieu avait un messager qui accomplissait des missions pour que Dieu puisse au travers de sa descendance bénir toutes les familles de la terre. L’une de ces missions a consisté à guider le serviteur d’Abraham pour qu’il puisse trouver une femme pour Isaac qui porterait en elle la descendance d’Abraham. A cela, nous pouvons ajouter encore deux points importants. Premièrement, Dieu s’est fait homme pour qu’Abraham puisse comprendre que Dieu pouvait devenir un homme. Deuxièmement, le messager du Seigneur qui lui a parlé à deux reprises lors du sacrifice d’Isaac parlait comme s’il était Dieu lui-même.

Ces quelques réflexions au sujet de Dieu et de son messager, ajoutées à d’autres que nous étudierons dans d’autres textes qui présentent le messager du Seigneur, nous permettent de comprendre qui il est vraiment. La suite dans les prochaines méditations.

Dans la même série
Laisser un commentaire