Les nombreux livres écrits sur Abraham soulignent l'intérêt que suscite ce personnage. Le récit de son histoire a inspiré de nombreux artistes : mosaïstes, sculpteurs, peintres... Aujourd'hui, Abraham reste une référence incontournable pour des millions d'hommes et de femmes qui se rattachent spirituellement à lui. Que savons-nous exactement de lui ? Qu'a-t-il dit ou fait de si remarquable pour qu'il soit une référence encore de nos jours ? Ce visionnaire ne manquera pas de vous étonner et peut-être vous séduira-t-il ?

©123rf designpics

Téléchargement en pdf

Texte de la conférence
Résumé de la conférence

ABRAHAM : PORTRAITS ET DESTIN D’UN VISIONNAIRE
Première partie : DIFFÉRENTS REGARDS SUR ABRAHAM

Qui est Abraham ?

LES DIFFÉRENTES TRADITIONS SUR ABRAHAM

Abraham pour le judaïsme ancien.

Pour le judaïsme ancien, Abraham est le Père des croyants, le premier missionnaire de la foi en un Dieu unique, le premier bienfaiteur de l’humanité. Tous ses descendants ont la certitude de pouvoir bénéficier du salut, c’est-à-dire la vie éternelle promise par Dieu, grâce aux mérites acquis par Abraham du fait de son obéissance et de sa fidélité.

La tradition rabbiniqueDans la Mishna et le Talmud a fait de lui le premier « rabbin » qui a observé la loi de Dieu bien avant Moïse. Par ses œuvres, Abraham a expié la faute d’Adam. La grandeur d’Abraham ne vient pas de lui mais de la TorahEn hébreu, le mot Torah signifie loi..

Dans le judaïsme hellénistique, Flavius Joseph et Philon d’Alexandrie, 1er siècle de notre ère, présentaient Abraham comme un philosophe.

Abraham pour les premiers chrétiens.

Un des premiers prédicateurs chrétiens, Étienne, expliquait dans son discoursLe discours d’Étienne est conservé dans le livre des Actes chapitre 7, versets 2 à 60. le lien qu’il y a entre Abraham et Jésus. Les écrits chrétiens du Nouveau Testament reprennent la tradition du judaïsme qui considérait Abraham comme le Père des croyants. L’auteur de l’épître aux Hébreux (Hébreux 11.8)

(Hébreux 11.8)
Par la foi, répondant à l’appel, Abraham obéit et partit pour un pays qu’il devait recevoir en héritage, et il partit sans savoir où il allait. (Traduction œcuménique de la Bible)
et l’apôtre Jacques (Jacques 2.21)
(Jacques 2.21)
Abraham, notre père, n’est-ce pas aux œuvres qu’il dut sa justice, pour avoir mis son fils Isaac sur l’autel ? (Traduction œcuménique de la Bible)
le décrivent comme un modèle de foi et d’obéissance.

L’apôtre Paul se démarquait des autres auteurs du Nouveau Testament en mettant uniquement en avant la foi d’Abraham. En s’appuyant sur le premier texte de la Bible (Genèse 15.6)

(Genèse 15.6)
Abram eut foi dans le SEIGNEUR, et pour cela le SEIGNEUR le considéra comme juste. (Traduction œcuménique de la Bible)
qui mentionne clairement la foi du patriarche en relation avec le don de la justice accordé par Dieu, et en adoptant le principe d’antériorité temporelle, Paul considérait que cette déclaration a une valeur supérieure à toutes les déclarations qui ont pu être faites ultérieurement concernant l’obtention de la vie nouvelle. Puisque Dieu considéra Abraham comme un être juste, en réponse à sa foi, sans autre exigence, le don de la justice qui permet d’accéder à la vie nouvelle sera accordé sans prendre en compte les mérites personnels tels que la filiation ou l’obéissance, car le don de la justice est un don immérité que Dieu offre à tout être humain qui met sa foi en lui.

Abraham dans la tradition musulmane.

La tradition musulmane se rattache à Abraham par l’intermédiaire d’Ismaël, le fils aîné d’Abraham qu’il a conçu avec Hagar, sa seconde épouse. La Bible accorde une place importante à Hagar et à Ismaël.

Hagar est l’une des rares femmes de la Bible à qui Dieu s’est adressé personnellement et cela à deux occasionsGenèse, chapitres 16 et 21.. Hagar a vu Dieu (Genèse 16.13)

(Genèse 16.13)
Agar se demande : « Est-ce que j’ai vraiment vu Celui qui me voit ? » Et elle nomme le SEIGNEUR qui lui a parlé « Dieu qui me voit ». (La Bible Parole de Vie)
bien avant Jacob et Moïse. Hagar reçoit la même promesse pour sa descendance (Genèse 16.10)
(Genèse 16.10)
L’ange du SEIGNEUR lui dit : « Je multiplierai tellement ta descendance qu’on ne pourra la compter ». (Traduction œcuménique de la Bible)
que celle qui a été faite à Abraham (Genèse 13.16)
(Genèse 13.16)
Je multiplierai ta descendance comme la poussière de la terre au point que, si l’on pouvait compter la poussière de la terre, on pourrait aussi compter ta descendance. (Traduction œcuménique de la Bible)
.

L’ange du Seigneur et Hagar
L’ange du Seigneur et Hagar

Agar et l'ange Bottani

Agar et l'ange, détail d'une huile sur toile peinte vers 1776 par Giuseppe Bottani (1717–1784) , Musée du Louvre

Auteur de l’œuvre Giuseppe Bottani (domaine public) auteur de la photo Mattes

Origine de la photo

La tradition musulmane est largement inspirée des traditions du judaïsme ancien avec des caractéristiques qui lui sont propres. Le Coran souligne trois temps forts de la vie du patriarche :

– sa découverte du monothéisme
– le sacrifice de son fils Sacrifice d’Abraham dans l’Islam

Sacrifice d’Abraham dans l’Islam
Sacrifice d'Abraham

Le sacrifice d'Abraham

Histoire du Coran ou Histoire des prophètes et des rois passés, Qisas al-anbiyyâ.

Manuscrit iranien de la fin du XVIe siècle, Bibliothèque nationale de France.

Voir la page du manuscrit

© bnf


– son séjour à La Mecque

D’après le Coran, Abraham et Ismaël ont séjourné à La Mecque. Dieu aurait demandé à Abraham de construire la Ka’aba pour en faire un lieu de pèlerinage. Le Dôme du rocher à Jérusalem

Le Dôme du rocher à Jérusalem

Le Dôme du rocher à Jérusalem Le Dôme du rocher à Jérusalem

©Shutterstock/Yevgenia Gorbulsky

à Jérusalem est un autre lieu de pèlerinage de l’Islam. Selon l’Islam, ce bâtiment commémoratif
ce bâtiment commémoratif

Intérieur du Dôme du rocher à Jérusalem Intérieur du Dôme du rocher à Jérusalem

a été fait pour abriter Le rocher sacré
Le rocher sacré
Le rocher sacré

À l'intérieur du Dôme du rocher, le rocher sacré pour les Musulmans.

d’où le prophète Mahomet gagna le ciel accompagné par l’ange Gabriel.

Pour la tradition musulmane, Abraham est le premier converti, il s’est détourné du culte des astres pour se tourner vers le vrai Dieu. Il est le premier croyant monothéiste. Il prêchait le monothéisme et la destruction des idoles, comme Mahomet l’a fait plus tard.

Abraham a vécu l’IslamIslam est un mot arabe qui signifie soumission., sa vie a été une soumission totale à Dieu. Abraham est donc le premier musulman. Il est aussi le premier Imâm, c’est-à-dire le premier guide religieux de l’humanité. Il est compté parmi les principaux prophètes.

Abraham, l’ami de Dieu.

Les trois traditions monothéistes ont insisté sur le titre d’« ami de Dieu » donné à Abraham :

Dans le livre du prophète Ésaïe nous pouvons lire :  Mais toi, Israël, mon serviteur (…) descendance d'Abraham, mon ami.Ésaïe 41.8, Traduction œcuménique de la Bible.

Dans le Nouveau Testament, épître de Jacques, nous trouvons cette déclaration : Abraham reçut le nom d'ami de Dieu.Jacques 2.23, Traduction œcuménique de la Bible.

Le Coran déclare : Dieu a pris Abraham pour ami.Sourate 4.124

La porte de Jaffa à Jérusalem

La porte de Jaffa à Jérusalem

La porte de Jaffa à Jérusalem La porte de Jaffa à Jérusalem, appelée en arabe Bab al-Khalil, c'est-à-dire porte de l'ami, en référence à Abraham.

est appelée en arabe Bab al-Khalil, c’est-à-dire porte de l’ami. Ce nom lui a été donné car la route qui commence à cette porte conduit à Hébron, la ville d’Abraham.

Abraham, un croyant exemplaire.

Les traditions sur Abraham sont extrêmement positives. Le patriarche est un croyant exemplaire grâce à qui toutes les nations de la terre pourront être bénies. Cette promesse, Dieu l’a renouvelée à Isaac en ces termes : Je ferai proliférer ta descendance autant que les étoiles du ciel, je lui donnerai toutes ces terres et, en elle, se béniront toutes les nations de la terre.Genèse 26.4, Traduction œcuménique de la Bible.

Dieu a donné la raison pour laquelle les promesses faites à Isaac se réaliseront : parce qu'Abraham a écouté ma voix et qu'il a gardé mes observances, mes commandements, mes décrets et mes lois.Genèse 26.5, Traduction œcuménique de la Bible. Cette conclusion peut paraître étrange car l’histoire du patriarche Abraham telle que le livre de la Genèse nous la rapporte est, à bien des égards, loin d’être exemplaire.

L’HISTOIRE D’ABRAHAM RÉÉCRITE DÈS L’ANTIQUITÉ.

Dans l’Antiquité plusieurs auteurs ont réécrit l’histoire d’Abraham en omettant les récits où l’attitude morale du patriarche est répréhensible. C’est le cas pour les livres du Siracide, du premier livre des Maccabées, de l’Apocryphe de la Genèse trouvé à Qumran, du livre des Jubilés. Lors de la rédaction du Coran les mêmes suppressions ont été faites. Les maîtres du judaïsme et de l’Islam ont ignoré tous les aspects négatifs de l’expérience d’Abraham pour faire de lui un croyant exemplaire.

Ces œuvres littéraires ont souligné sa foi, son engagement, sa soumission, son obéissance, mais elles ont supprimé les récits qui risqueraient de ternir l’image du patriarche.

LE REGARD DE L’AUTEUR DU LIVRE DE LA GENÈSE SUR LA PERSONNE D’ABRAHAM.

L’auteur du texte de la Genèse a eu une approche diamétralement opposée à celles des œuvres littéraires de l’Antiquité. Les portraits d’Abraham du livre de la Genèse sont souvent exemplaires mais il arrive qu’ils soient quelquefois peu flatteurs. Avec insistance parfois, Abraham est présenté comme un homme qui a du mal à atteindre l’idéal proposé par Dieu. Les différents épisodes de sa vie qui ont été retenus par l’auteur du livre de la Genèse sont autant d’épreuves que le patriarche a traversées et qui mettent en évidence son caractère, ses limites, mais aussi sa foi qui grandit au fur et à mesure de son expérience.

Abraham n’a pas toujours été appelé Abraham. À l’origine son nom était Abram. Dans ce qui suit, nous verrons le moment où son nom a été changé. Nous commencerons à parler de lui sous le nom d’Abram puis sous le nom d’Abraham. Voici un aperçu des portraits et du caractère d’Abram/Abraham dévoilés par le texte du livre de la Genèse qui illustre l’évolution de ce personnage au travers des principales étapes de son histoire et de sa relation avec Dieu :

Un homme de foi et un croyant exemplaire.

Dieu appela Abram et lui demanda de tout quitter, sa famille, sa terre et toutes ses attaches pour rejoindre un pays qu’il lui montrerait plus tard. Abram fit ce que Dieu lui demandait sans hésitation, sans poser de question en faisant totalement confiance à Dieu sans se laisser arrêter par les incertitudes d’un avenir inconnu. En traversant le pays promis, il construisait des autels pour manifester son attachement à Dieu et sa foi en lui. Genèse 12.1-9

Genèse 12.1-9
1 Le SEIGNEUR dit à Abram : « Pars de ton pays, de ta famille et de la maison de ton père vers le pays que je te ferai voir. 2 Je ferai de toi une grande nation et je te bénirai. Je rendrai grand ton nom. Sois en bénédiction. 3 Je bénirai ceux qui te béniront, qui te bafouera je le maudirai ; en toi seront bénies toutes les familles de la terre. » 4 Abram partit comme le SEIGNEUR le lui avait dit, et Loth partit avec lui. Abram avait soixante-quinze ans quand il quitta Harrân. 5 Il prit sa femme Saraï, son neveu Loth, tous les biens qu’ils avaient acquis et les êtres qu’ils entretenaient à Harrân. Ils partirent pour le pays de Canaan. Ils arrivèrent au pays de Canaan. 6 Abram traversa le pays jusqu’au lieu dit Sichem, jusqu’au chêne de Moré. Les Cananéens étaient alors dans le pays, 7 le SEIGNEUR apparut à Abram et dit : « C’est à ta descendance que je donnerai ce pays » ; là, celui-ci éleva un autel pour le SEIGNEUR qui lui était apparu. 8 De là il gagna la montagne à l’est de Béthel. Il dressa sa tente entre Béthel à l’ouest et Aï à l’est, il y éleva un autel pour le SEIGNEUR et invoqua le SEIGNEUR par son nom. 9 Puis, d’étape en étape, Abram se déplaça vers le Néguev. (Traduction œcuménique de la Bible)

Dieu appelant Abram

Dieu appelant Abram

Dieu appelant Abram

Dieu ordonne à Abram et à Saraï de partir pour Canaan. Chapiteau de la salle capitulaire de l'abbaye de Saint-Georges de Boscherville - Normandie (12e siècle)

Abraham priant Dieu
Abraham priant Dieu
Abraham priant Dieu bnf

Abraham priant Dieu, Bible historiale par Guiard Des Moulins, Bibliothèque nationale de France

Grande image

© bnf

Peureux, dissimulateur, imprudent et profiteur.

Alors qu’une grande famine sévissait dans le pays où Dieu l’avait conduit, Abram décida d’aller dans le pays le plus proche où il pourrait trouver des vivres pour subvenir aux besoins de son clan. Arrivé à la frontière avec l’Égypte, il demanda à sa femme Saraï de dire qu’elle était sa sœur par crainte de mourir à cause d’elle. En utilisant ce subterfuge, il pensait qu’il serait bien traité. Les choses ne se passèrent pas exactement comme il l’avait prévu. Saraï a été remarquée par les grands de pharaon du fait de sa beauté comme Abram l’avait imaginé. Mais celui-ci n’avait pas envisagé que Saraï serait emmenée dans le harem du pharaon qui le traita bien et lui donna des animaux, des serviteurs et des servantes. Dieu intervint auprès du pharaon pour qu’il rende Saraï à son mari. Le pharaon renvoya Abram d’Égypte avec tous ses biens. Genèse 12.10-13.1

Genèse 12.10-13.1
10 Il y eut une famine dans le pays et Abram descendit en Egypte pour y séjourner car la famine sévissait sur le pays. 11 Or, au moment d’atteindre l’Egypte, il dit à sa femme Saraï : « Vois, je sais bien que tu es une femme belle à voir. 12 Alors, quand les Egyptiens te verront et diront : C’est sa femme, ils me tueront et te laisseront en vie. 13 Dis, je te prie, que tu es ma sœur pour que l’on me traite bien à cause de toi et que je reste en vie grâce à toi. » 14 De fait, quand Abram atteignit l’Egypte, les Egyptiens virent que cette femme était fort belle. 15 Des officiers du Pharaon la regardèrent, chantèrent ses louanges au Pharaon, et cette femme fut prise pour sa maison. 16 A cause d’elle, on traita bien Abram qui reçut petit et gros bétail, ânes, esclaves et servantes, ânesses et chameaux. 17 Mais le SEIGNEUR infligea de grands maux au Pharaon et à sa maison à cause de Saraï, la femme d’Abram. 18 Le Pharaon convoqua Abram pour lui dire : « Que m’as-tu fait là ! Pourquoi ne m’as-tu pas déclaré qu’elle était ta femme ? 19 Pourquoi m’as-tu dit : C’est ma sœur ? Et je me la suis attribuée pour femme. Maintenant, voici ta femme, reprends-la et va-t’en ! » 20 Le Pharaon ordonna à ses gens de le renvoyer, lui, sa femme, et tout ce qu’il possédait,13.1 et Abram monta d’Egypte au Néguev, lui, sa femme et tout ce qu’il possédait. – Loth était avec lui. (Traduction œcuménique de la Bible)

Sara devant Pharaon
Sara devant Pharaon
Sara devant Pharaon

Sara devant Pharaon - Abraham et Loth priant

Miroir historial de Vincent de Beauvais

Manuscrit de 1463, folio 43v, département des manuscrits, Bibliothèque nationale de France.

Grande image

Voir la page du manuscrit

© bnf

   

Conciliateur, homme de paix, sachant renoncer à ses droits.

Les troupeaux d’Abram et ceux de son neveu Loth étaient très nombreux. Il s’en suivit des disputes entre les bergers d’Abram et ceux de Loth. Ils décidèrent de se séparer. Plus âgé que Loth, et en tant que chef du campement, Abram aurait pu choisir le premier le territoire où il irait s’établir, mais il préféra renoncer à ses droits pour garantir la paix. Genèse 13.2-18

Genèse 13.2-18
2 Abram était très riche en troupeaux, en argent et en or. 3 Il alla par étapes du Néguev jusqu’à Béthel, jusqu’au lieu où il avait d’abord campé entre Béthel et Aï. 4 A l’endroit où il avait précédemment élevé un autel, Abram invoqua le SEIGNEUR par son nom. 5 Loth, qui accompagnait Abram, possédait lui aussi du petit et du gros bétail, ainsi que des tentes. 6 Le pays n’assura pas les besoins de leur vie commune, car leurs biens étaient trop considérables pour qu’ils puissent vivre ensemble. 7 Une querelle éclata entre les bergers des troupeaux d’Abram et les bergers des troupeaux de Loth – Cananéens et Perizzites habitaient alors le pays – 8 et Abram dit à Loth : « Qu’il n’y ait pas de querelle entre moi et toi, mes bergers et les tiens : nous sommes frères. 9 Tout le pays n’est-il pas devant toi ? Sépare-toi donc de moi. Si tu prends le nord, j’irai au sud ; si c’est le sud, j’irai au nord. » 10 Loth leva les yeux et regarda tout le district du Jourdain : il était tout entier irrigué. Avant que le SEIGNEUR n’eût détruit Sodome et Gomorrhe, il était jusqu’à Çoar comme le jardin du SEIGNEUR, comme le pays d’Egypte. 11 Loth choisit pour lui tout le district du Jourdain et se déplaça vers l’orient. Ils se séparèrent l’un de l’autre, 12 Abram habita dans le pays de Canaan et Loth dans les villes du District. Celui-ci vint camper jusqu’à Sodome 13 dont les gens étaient des scélérats qui péchaient gravement contre le SEIGNEUR. 14 Le SEIGNEUR dit à Abram après que Loth se fut séparé de lui : « Lève donc les yeux et, du lieu où tu es, regarde au nord, au sud, à l’est et à l’ouest. 15 Oui, tout le pays que tu vois, je te le donne ainsi qu’à ta descendance, pour toujours. 16 Je multiplierai ta descendance comme la poussière de la terre au point que, si l’on pouvait compter la poussière de la terre, on pourrait aussi compter ta descendance. 17 Lève-toi, parcours le pays en long et en large, car je te le donne. » 18 Abram vint avec ses tentes habiter aux chênes de Mamré qui sont à Hébron ; il y éleva un autel pour le SEIGNEUR. (Traduction œcuménique de la Bible)

Dispute des bergers de Loth et d’Abram

Dispute des bergers de Loth et d’Abram
Dispute des bergers

Dispute des bergers de Loth et d'Abram

Gourde à deux passants en faïence, après restauration, d'après une gravure de Bernard Salomon. Histoire de Loth (1580-1620).

Musée du Louvre

Crédit photo : © RMN / Stéphane Maréchalle

Abram se séparant de Loth
Abram se séparant de Loth
Abram se séparant de Loth

Loth et sa femme se séparant d'Abram pour rester en bonne entente.

Gourde à deux passants en faïence, après restauration, d'après une gravure de Bernard Salomon. Histoire de Loth (1580-1620).

Musée du Louvre

Crédit photo : © RMN / Stéphane Maréchalle

Abraham, le libérateur.

Loth avait choisi de vivre à Sodome dont le roi était vassal de Kedorlaomer, roi d’Élam. Le roi de Sodome et les royaumes avoisinants se révoltèrent contre Kedorlaomer qui riposta avec ses alliés en déclenchant une offensive militaire dans la région. Le roi de Sodome ainsi que les autres rois furent battus. Les vainqueurs emportèrent avec eux les biens des villes conquises et des captifs, dont Loth et sa famille. Lorsqu’Abram l’apprit, il arma 318 de ses serviteurs et partit à la poursuite du roi Kedorlaomer et de ses alliés. Par surprise, il les attaqua de nuit. Kedorlaomer prit la fuite et Abram ramena avec lui les captifs, dont Loth et tous les biens. Genèse 14.1-16

Genèse 14.1-16
1 Or, aux jours d’Amraphel roi de Shinéar, Aryok roi d’Ellasar, Kedorlaomer roi d’Elam et Tidéal roi de Goïm 2 firent la guerre à Bèra roi de Sodome, à Birsha roi de Gomorrhe, à Shinéav roi d’Adma, à Shèméver roi de Cevoïm et au roi de Bèla, c’est-à-dire Çoar. 3 Ces derniers devaient tous faire leur jonction vers la vallée de Siddim, c’est-à-dire la mer Salée. 4 Pendant douze ans, ils avaient servi Kedorlaomer, mais ils s’étaient révoltés la treizième année. 5 La quatorzième année, Kedorlaomer vint avec les rois qui l’accompagnaient. Ils battirent les Refaïtes à Ashtarot-Qarnaïm, les Zouzites à Ham, les Emites à Shawé-Qiryataïm, 6 les Horites dans leur montagne en Séïr jusqu’à Eil–Parân qui est près du désert. 7 Puis ils revinrent vers Ein-Mishpat, c’est-à-dire Qadesh, ils ravagèrent toute la campagne amalécite et même les Amorites habitant Haçaçôn-Tamar. 8 Alors le roi de Sodome s’avança, et les rois de Gomorrhe, d’Adma, de Cevoïm et de Bèla, c’est-à-dire Çoar ; ils se disposèrent à combattre contre eux dans la vallée de Siddim, 9 contre Kedorlaomer roi d’Elam, Tidéal roi de Goïm, Amraphel roi de Shinéar, Aryok roi d’Ellasar : quatre rois contre cinq. 10 La vallée de Siddim était creusée de puits de bitume ; dans leur fuite, les rois de Sodome et de Gomorrhe y tombèrent, ceux qui restèrent s’enfuirent dans la montagne. 11 On prit tous les biens de Sodome et de Gomorrhe, tous leurs vivres, et on partit. 12 On prit Loth, le neveu d’Abram, avec ses biens, et on partit. Loth habitait à Sodome, 13 et un fuyard s’en vint porter la nouvelle à Abram l’Hébreu, qui demeurait aux chênes de Mamré l’Amorite, frère d’Eshkol et de Aner ; ils étaient les alliés d’Abram. 14 Dès que celui-ci apprit la capture de son frère, il mit sur pied trois cent dix-huit de ses vassaux, liés de naissance à sa maison. Il mena la poursuite jusqu’à Dan. 15 Il répartit ses hommes pour assaillir de nuit les ennemis. Il les battit et les poursuivit jusqu’à Hova qui est au nord de Damas. 16 Il ramena tous les biens, il ramena aussi son frère Loth et ses biens, ainsi que les femmes et les parents. (Traduction œcuménique de la Bible)

Abram libérant Loth
Abram libérant Loth
Abram libérant Loth

Abram libérant Loth

La bataille d'Hoba au nord de Damas (Genèse 14.15)

Psautier dit de Saint-Louis manuscrit latin 10525 (entre 1258 et 1270)

Voir la page du manuscrit latin

© bnf

Un homme fidèle et préoccupé par son image.

Lorsqu’Abram revint de la guerre contre Kedorlaomer, il montra sa fidélité envers Dieu en donnant au prêtre Melchisédek la dîme du butin qu’il considérait, à ce moment-là, comme sa propriété. Le roi de Sodome interpella alors Abram et lui dit : Donne-moi les personnes, et reprends tes biensGenèse 14.21, Traduction œcuménique de la Bible.. Par cette demande, le roi de Sodome tenta de récupérer ses gens tout en admettant que les biens matériels étaient la propriété d’Abram en tant que vainqueur de Kedorlaomer. Mais Abram qui ne voulait dépendre que de Dieu répondit : Je lève la main vers le SEIGNEUR, Dieu Très-Haut qui crée ciel et terre : pas un fil, pas même une courroie de sandale ! Je jure de ne rien prendre de ce qui est à toi. Tu ne pourras pas dire : C’est moi qui ai enrichi Abram. Cela ne me concerne en rien.Genèse 14.22-24, Traduction œcuménique de la Bible.

Abram remettant la dîme du butin à Melchisédek

Abram remettant la dîme du butin à Melchisédek
Abram remettant la dime du butin

Abram remettant la dîme du butin à Melchisédek après sa victoire sur les rois qui avaient pris Loth en otage.

Psautier dit de Saint-Louis, manuscrit latin 10525, Bibliothèque nationale de France.

Voir la page du manuscrit

© bnf

Abram et Melchisédek
Abram et Melchisédek
Abram et Melchisédek

Abram et Melchisédek

Haut-relief, en marbre, de la cathédrale du Christ Sauveur de Moscou construite entre 1839 et 1883 et détruite en 1931 par Staline.

Grande image

Conservation : monastère de Donskoï, à Moscou

Photo : © Alexander Evstyugov-Babaev

Abraham est béni.

Lorsqu’Abram a rencontré le roi et prêtre Melchisédech, ce dernier a béni Abram. Genèse 14.19

Genèse 14.19
Il (Melkisédeq) bénit Abram en disant : « Béni soit Abram par le Dieu Très-Haut qui crée ciel et terre !

Désabusé, sans illusion et accusateur.

Lorsque Dieu se révéla une nouvelle fois à lui pour lui réitérer ses promesses, Abram semblait ne plus y croire. Voici ce qu’il dit : Seigneur DIEU, que me donneras-tu ? Je m’en vais sans enfant. Genèse 15.2, Traduction œcuménique de la Bible.Puis il ajouta : Voici que tu ne m’as pas donné de descendance.Genèse 15.3, Traduction œcuménique de la Bible.

Un croyant plein d’espérance.

Dieu lui précisa qu’il aura bien un enfant issu de ses entrailles (Genèse 15.4)

(Genèse 15.4)
Alors le SEIGNEUR lui parla en ces termes : « Ce n’est pas lui qui héritera de toi, mais celui qui sortira de tes entrailles héritera de toi. » (Traduction œcuménique de la Bible)
et il ajouta : Contemple donc le ciel, compte les étoiles si tu peux les compter.Genèse 15.5, Traduction œcuménique de la Bible. Puis il annonça : Telle sera ta descendanceGenèse 15.5, Traduction œcuménique de la Bible. ).Alors, Abram eut foi dans le SEIGNEURGenèse 15.6, Traduction œcuménique de la Bible..

Abraham recevant la promesse de sa descendance
Abraham recevant la promesse de sa descendance
Abraham recevant la promesse de sa descendance

Abraham recevant la promesse de sa descendance

La Genèse de Vienne, manuscrit enluminé du VIe siècle, Österreichischen Nationalbibliothek.

Voir l'image agrandie

Voir page du manuscrit entière

© onb

Abram, un homme juste aux yeux de Dieu.

Parce qu’Abram crut que Dieu lui accorderait une descendance nombreuse issue de ses entrailles, Dieu le considéra comme juste. Genèse 15.6

Genèse 15.6
Abram eut foi dans le SEIGNEUR, et pour cela le SEIGNEUR le considéra comme juste. (Traduction œcuménique de la Bible)

Soucieux à propos de la réalisation de la promesse de la terre.

Après cet élan de foi et rassuré au sujet de la réalisation de la promesse concernant sa descendance, Abram avait encore une préoccupation. Comment saura-t-il qu’il possédera la terre promise par Dieu ? Dieu lui répondit en lui demandant d’organiser un rituel de conclusion d’alliance qui consistait à partager des animaux en deux. Les deux contractants devaient passer entre les morceaux des animaux pour sceller l’alliance. Un brasier d’où s’échappaient flammes et fumée passa entre les moitiés d’animauxGenèse 15.7, La Bible en français courant) symbolisa l’engagement formel de Dieu à réaliser cette promesse. Genèse 15.7-21

Genèse 15.7-21
7 Il lui dit : Je suis le Seigneur qui t’ai fait sortir d’Our en Chaldée pour te donner en propriété ce pays où tu es. 8 Seigneur Dieu, demanda Abram, comment pourrai-je être sûr que je le posséderai ? 9 Le Seigneur lui dit : Amène-moi une génisse, une chèvre et un bélier de trois ans chacun, une tourterelle et un pigeon. 10 Abram amena ces animaux. Il les partagea par le milieu, à l’exception des oiseaux, et plaça chaque moitié vis-à-vis de l’autre. 11 Des vautours s’abattirent sur les cadavres, mais Abram les chassa. 12 Au coucher du soleil, Abram tomba dans un profond sommeil ; une grande et sombre terreur s’empara de lui. 13 Le Seigneur lui dit : Sache bien que tes descendants séjourneront dans un pays étranger ; ils y seront esclaves et on les opprimera pendant quatre cents ans. 14 Mais après que j’aurai puni le peuple dont ils seront les esclaves, ils pourront partir en emportant de grands biens. 15 Quant à toi, tu mourras en paix et tu seras enterré après une heureuse vieillesse. 16 Tes descendants ne reviendront ici qu’à la quatrième génération, car les Amorites n’ont pas encore dépassé la mesure dans leurs crimes pour que je les chasse. 17 Quand le soleil fut couché et l’obscurité complète, soudain un brasier d’où s’échappaient flammes et fumée passa entre les moitiés d’animaux. 18 Ce jour–là, le Seigneur conclut une alliance avec Abram. Il lui dit : A tes descendants je donne ce pays, depuis le torrent d’Égypte jusqu’à l’Euphrate, le grand fleuve : 19 c’est le territoire des Quénites, des Quenizites, des Quadmonites, 20 des Hittites, des Perizites, des Refaïtes, 21 des Amorites, des Cananéens, des Guirgachites et des Jébusites. (La Bible en français courant)

Influençable et impatient de réaliser la promesse, Abram se laissant convaincre par sa femme.

Consciente que sa stérilité entrave la réalisation de la promesse d’un enfant faite à Abram, Saraï proposa à son mari de prendre sa servante, Hagar, comme seconde épouse pour qu’elle ait un fils par elle. Sans consulter Dieu et sans lui demander son avis à ce sujet, Abram accepta cette solution pensant réaliser ainsi la promesse divine, mais sans son accord sur la méthode que l’on qualifierait aujourd’hui de recours à une mère porteuse. Genèse 16.1-4

Genèse 16.1-4
1 Saraï, femme d’Abram, ne lui avait pas donné d’enfant. Elle avait une servante égyptienne du nom de Hagar, 2 et Saraï dit à Abram : « Voici que le SEIGNEUR m’a empêchée d’enfanter. Va donc vers ma servante, peut-être que par elle j’aurai un fils. » Abram écouta la proposition de Saraï. 3 Dix ans après qu’Abram se fut établi dans le pays de Canaan, Saraï sa femme prit Hagar, sa servante égyptienne, pour la donner comme femme à Abram son mari. 4 Il alla vers Hagar qui devint enceinte. (Traduction œcuménique de la Bible)

Sara présentant Hagar à Abram
Sara présentant Hagar à Abram
Sara présentant Agar

Sarah présentant Agar à Abraham couché

Dessin à la plume, encre brune, rehauts de blanc, vers 1636-1637 de Ferdinand Bol (1616-1680), disciple de Rembrandt.

Musée du Louvre

Crédit photo : © RMN / Michèle Bellot

Incapable de gérer un conflit familial.

Se voyant enceinte, Hagar méprisa sa maîtresse. Saraï rejeta la responsabilité de l’attitude d’Hagar sur Abram qui refusa de s’impliquer dans le règlement de ce conflit se sentant dépassé par la situation. Genèse 16.4-6

Genèse 16.4-6
4 Il alla vers Hagar qui devint enceinte. Quand elle se vit enceinte, sa maîtresse ne compta plus à ses yeux. 5 Saraï dit à Abram : « Tu es responsable de l’injure qui m’est faite. C’est moi qui ai mis sur ton sein ma servante. Dès qu’elle s’est vue enceinte, je n’ai plus compté à ses yeux. Que le SEIGNEUR décide entre toi et moi ! » 6 Abram répondit à Saraï : « Voici ta servante en ton pouvoir, fais-lui ce qui est bon à tes yeux. » Saraï la maltraita et celle-ci prit la fuite. (Traduction œcuménique de la Bible)

Sara se plaint à Abraham
Sara se plaint à Abraham
Sara se plaint à Abraham

Sara se plaint à Abraham de Agar

Dessin à la plume de Rembrandt (1606-1669)

Bayonne, musée Bonnat-Helleu

Crédit photo : © RMN / René-Gabriel Ojéda

Perplexe, avec ses doutes.

Dans la quatorzième année après la naissance d’Ismaël, le fils d’Abram et d’Hagar, alors qu’Abram était âgé de 99 ans, Dieu renouvela son alliance avec lui et changea son nom en Abraham. Dieu fit ce changement de nom ainsi que celui de son épouse Saraï qui sera appelée désormais Sara sans doute parce qu’il estimait que les conditions étaient remplies pour qu’Abraham et Sara deviennent les père et mère d’une multitude de nations. Ces changements marquèrent un tournant dans l’expérience du patriarche à qui Dieu annonça que sa femme Sara aura un fils. Cependant, Abraham émit des doutes quant à cette naissance. Il estimait que Dieu pouvait accomplir toutes les promesses au travers d’Ismaël. Ce n’était pas l’avis de Dieu qui a dû insister pour faire comprendre à Abraham que sa femme, Sara, avait été choisie pour donner naissance à un fils par lequel devait s’accomplir les promesses. Genèse 17.1-22

Genèse 17.1-22
1 Il avait quatre-vingt-dix-neuf ans quand le SEIGNEUR lui apparut et lui dit : « C’est moi le Dieu Puissant. Marche en ma présence et sois intègre. 2 Je veux te faire don de mon alliance entre toi et moi, je te ferai proliférer à l’extrême. » 3 Abram se jeta face contre terre, Dieu parla avec lui et dit : 4 « Pour moi, voici mon alliance avec toi : tu deviendras le père d’une multitude de nations. 5 On ne t’appellera plus du nom d’Abram, mais ton nom sera Abraham car je te donnerai de devenir le père d’une multitude de nations 6 et je te rendrai fécond à l’extrême : je ferai que tu donnes naissance à des nations, et des rois sortiront de toi. 7 J’établirai mon alliance entre moi, toi, et après toi les générations qui descendront de toi ; cette alliance perpétuelle fera de moi ton Dieu et Celui de ta descendance après toi. 8 Je donnerai en propriété perpétuelle à toi et à ta descendance après toi le pays de tes migrations, tout le pays de Canaan. Je serai leur Dieu. » 9 Dieu dit à Abraham : « Toi, tu garderas mon alliance, et après toi, les générations qui descendront de toi. 10 Voici mon alliance que vous garderez entre moi et vous, c’est-à-dire ta descendance après toi : tous vos mâles seront circoncis : 11 vous aurez la chair de votre prépuce circoncise, ce qui deviendra le signe de l’alliance entre moi et vous. 12 Seront circoncis à l’âge de huit jours tous vos mâles de chaque génération ainsi que les esclaves nés dans la maison ou acquis à prix d’argent d’origine étrangère quelle qu’elle soit, qui ne sont pas de ta descendance. 13 L’esclave né dans la maison ou acquis à prix d’argent devra être circoncis. Mon alliance deviendra dans votre chair une alliance perpétuelle, 14 mais l’incirconcis, le mâle qui n’aura pas été circoncis de la chair de son prépuce, celui-ci sera retranché d’entre les siens. Il a rompu mon alliance. » 15 Dieu dit à Abraham : « Tu n’appelleras plus ta femme Saraï du nom de Saraï, car elle aura pour nom Sara. 16 Je la bénirai et même je te donnerai par elle un fils. Je la bénirai, elle donnera naissance à des nations ; des rois de peuples sortiront d’elle. » 17 Abraham se jeta face contre terre et il rit ; il se dit en lui-même : « Un enfant naîtrait-il à un homme de cent ans ? Ou Sara avec ses quatre-vingt-dix ans pourrait-elle enfanter ? » 18 Abraham dit à Dieu : « Puisse Ismaël vivre en ta présence ! » 19 Dieu dit : « Mais non ! Ta femme Sara va t’enfanter un fils et tu lui donneras le nom d’Isaac. J’établirai mon alliance avec lui comme une alliance perpétuelle pour sa descendance après lui. 20 Pour Ismaël, je t’exauce. Vois, je le bénis, je le rends fécond, prolifique à l’extrême ; il engendrera douze princes et je ferai sortir de lui une grande nation. 21 Mais j’établirai mon alliance avec Isaac, que Sara te donnera l’année prochaine à cette date. » 22 Quand Dieu eut achevé de parler avec Abraham, il s’éleva loin de lui. (Traduction œcuménique de la Bible)

Songeur, il se soumet aux termes de l’alliance en se faisant circoncire.

Le texte ne précise pas si finalement Abraham a accepté de croire que Sara pourra avoir un enfant, mais il accueillit favorablement les termes de l’alliance proposée par Dieu en se faisant circoncire avec tous les siens (Genèse 17.23-27)

(Genèse 17.23-27)
23 Abraham prit son fils Ismaël, tous les esclaves nés dans sa maison ou acquis à prix d’argent, tous les mâles de sa maisonnée ; il circoncit la chair de leur prépuce le jour même où Dieu avait parlé avec lui. 24 Abraham avait quatre-vingt-dix-neuf ans quand fut circoncise la chair de son prépuce, 25 et Ismaël avait treize ans quand fut circoncise la chair de son prépuce. 26 C’est le même jour qu’Abraham et son fils Ismaël furent circoncis ; 27 toute sa maisonnée, les esclaves nés dans la maison ou acquis à prix d’argent d’origine étrangère furent circoncis avec lui. (Traduction œcuménique de la Bible)
. La suite du récit semble montrer que Sara n’a pas été informée par Abraham de sa future grossesse puisqu’elle l’apprendra plus tard lorsque Abraham accueillera trois visiteurs (Genèse 18.9-15)
(Genèse 18.9-15)
9 et lui dirent : « Où est Sara ta femme ? » Il répondit : « Là, dans la tente. » 10 Le SEIGNEUR reprit : « Je dois revenir au temps du renouveau et voici que Sara ta femme aura un fils. » Or Sara écoutait à l’entrée de la tente, derrière lui. 11 Abraham et Sara étaient vieux, avancés en âge, et Sara avait cessé d’avoir ce qu’ont les femmes. 12 Sara se mit à rire en elle-même et dit : « Tout usée comme je suis, pourrais-je encore jouir ? Et mon maître est si vieux ! » 13 Le SEIGNEUR dit à Abraham : « Pourquoi ce rire de Sara ? Et cette question : Pourrais-je vraiment enfanter, moi qui suis si vieille ? 14 Y a-t-il une chose trop prodigieuse pour le SEIGNEUR ? A la date où je reviendrai vers toi, au temps du renouveau, Sara aura un fils. » 15 Sara nia en disant : « Je n’ai pas ri », car elle avait peur. « Si ! reprit–il, tu as bel et bien ri. » (Traduction œcuménique de la Bible)
.

Hôte exemplaire.

Avec beaucoup d’empressement, Abraham invita des voyageurs à prendre un repas avant de continuer leur voyage. Il s’avéra que ces voyageurs étaient des messagers de Dieu qui lui annoncèrent que sa femme Sara aura un fils d’ici une année. Genèse 18.1-10

Genèse 18.1-10
1 Le SEIGNEUR apparut à Abraham aux chênes de Mamré alors qu’il était assis à l’entrée de la tente dans la pleine chaleur du jour. 2 Il leva les yeux et aperçut trois hommes debout près de lui. A leur vue il courut de l’entrée de la tente à leur rencontre, se prosterna à terre 3 et dit : « Mon Seigneur, si j’ai pu trouver grâce à tes yeux, veuille ne pas passer loin de ton serviteur. 4 Qu’on apporte un peu d’eau pour vous laver les pieds, et reposez-vous sous cet arbre. 5 Je vais apporter un morceau de pain pour vous réconforter avant que vous alliez plus loin, puisque vous êtes passés près de votre serviteur. » Ils répondirent : « Fais comme tu l’as dit. » 6 Abraham se hâta vers la tente pour dire à Sara : « Vite ! Pétris trois mesures de fleur de farine et fais des galettes ! » 7 et il courut au troupeau en prendre un veau bien tendre. Il le donna au garçon qui se hâta de l’apprêter. 8 Il prit du caillé, du lait et le veau préparé qu’il plaça devant eux ; il se tenait sous l’arbre, debout près d’eux. Ils mangèrent 9 et lui dirent : « Où est Sara ta femme ? » Il répondit : « Là, dans la tente. » 10 Le SEIGNEUR reprit : « Je dois revenir au temps du renouveau et voici que Sara ta femme aura un fils. » Or Sara écoutait à l’entrée de la tente, derrière lui. (Traduction œcuménique de la Bible)

Abraham et les trois anges

Abraham et les trois anges

Abraham et les trois angesAbraham et les trois anges de Gérard de Lairesse (1641-1711)

Huile sur toile peinte vers 1680/1685

Musée du Louvre

Crédit photo : © RMN/ Hervé Lewandowski

L’ange annonce à Abraham que Sara aura un fils
L’ange annonce à Abraham que Sara aura un fils
Abraham, Sara et l'ange

Abraham, Sara et l'ange de Jan Provost (vers 1465 - 1529)

Huile sur bois peinte vers 1520

Musée du Louvre

Crédit photo : © R.M.N./F. Raux

Abraham, intime et confident de Dieu.

Pour être cohérent avec l’intimité que Dieu a créée entre lui et Abraham parce qu’ils vivaient une relation de personne à personne, Dieu se voit dans l’obligation de tout lui révéler y compris l’anéantissement de la ville de Sodome. Cette destruction était rendue nécessaire à cause de la perversité de ses habitants. Genèse 18.17-21

Genèse 18.17-21
17 Le SEIGNEUR dit : « Vais-je cacher à Abraham ce que je fais ? 18 Abraham doit devenir une nation grande et puissante en qui seront bénies toutes les nations de la terre, 19 car j’ai voulu le connaître afin qu’il prescrive à ses fils et à sa maison après lui d’observer la voie du SEIGNEUR en pratiquant la justice et le droit ; ainsi le SEIGNEUR réalisera pour Abraham ce qu’il a prédit de lui. » 20 Le SEIGNEUR dit : « La plainte contre Sodome et Gomorrhe est si forte, leur péché est si lourd 21 que je dois descendre pour voir s’ils ont agi en tout comme la plainte en est venue jusqu’à moi. Oui ou non, je le saurai. » (Traduction œcuménique de la Bible)

Négociateur et intercesseur.

En réaction à ce projet de destruction, Abraham s’est livré à une forme de marchandage avec Dieu afin que ce dernier épargne les justes qui vivaient à Sodome. Malheureusement, la ville ne comptait qu’un seul juste : Loth. Il fut épargné avec ses filles. Genèse 18.22-33

Genèse 18.22-33
22 Les hommes se dirigèrent de là vers Sodome. Abraham se tenait encore devant le SEIGNEUR, 23 il s’approcha et dit : « Vas-tu vraiment supprimer le juste avec le coupable ? 24 Peut-être y a-t-il cinquante justes dans la ville ! Vas-tu vraiment supprimer cette cité, sans lui pardonner à cause des cinquante justes qui s’y trouvent ? 25 Ce serait abominable que tu agisses ainsi ! Faire mourir le juste avec le coupable ? Il en serait du juste comme du coupable ? Quelle abomination ! Le juge de toute la terre n’appliquerait-il pas le droit ? » 26 Le SEIGNEUR dit : « Si je trouve à Sodome cinquante justes au sein de la ville, à cause d’eux je pardonnerai à toute la cité. » 27 Abraham reprit et dit : « Je vais me décider à parler à mon Seigneur, moi qui ne suis que poussière et cendre. 28 Peut-être sur cinquante justes en manquera-t-il cinq ! Pour cinq, détruiras-tu toute la ville ? » Il dit : « Je ne la détruirai pas si j’y trouve quarante-cinq justes. » 29 Abraham reprit encore la parole et lui dit : « Peut-être là s’en trouvera-t-il quarante ! » Il dit : « Je ne le ferai pas à cause de ces quarante. » 30 Il reprit : « Que mon Seigneur ne s’irrite pas si je parle ; peut–être là s’en trouvera-t-il trente ! » Il dit : « Je ne le ferai pas si j’y trouve ces trente. » 31 Il reprit : « Je vais me décider à parler à mon Seigneur : peut-être là s’en trouvera-t-il vingt ! » Il dit : « Je ne détruirai pas à cause de ces vingt. » 32 Il reprit : « Que mon Seigneur ne s’irrite pas si je parle une dernière fois : peut-être là s’en trouvera-t-il dix ! » – « Je ne détruirai pas à cause de ces dix. » 33 Le SEIGNEUR partit lorsqu’il eut achevé de parler à Abraham et Abraham retourna chez lui. (Traduction œcuménique de la Bible)

Dissimulateur récidiviste et toujours peureux, mais prophète.

Lors d’un séjour à Guérar, une nouvelle fois Abraham fait passer sa femme pour sa sœur parce qu’il a peur de mourir à cause d’elle. Le roi du pays a fait enlever Sara. Dieu est intervenu pour protéger le couple Abraham-Sara. Malgré tout, Dieu laissa à Abraham sa charge de prophète. Genèse 20

Genèse 20
1 De là Abraham partit pour la région du Néguev, il habita entre Qadesh et Shour puis vint séjourner à Guérar. 2 Abraham dit de sa femme Sara : « C’est ma sœur », et Abimélek, roi de Guérar, la fit enlever. 3 Mais Dieu vint trouver Abimélek en songe pendant la nuit et lui dit : « Tu vas mourir à cause de la femme que tu as enlevée, car elle appartient à son mari. » 4 Abimélek, qui ne s’était pas encore approché d’elle, s’écria : « Mon Seigneur ! Ferais–tu périr une nation, même si elle est juste ? 5 N’est-ce pas lui qui m’a dit : C’est ma sœur ? Elle disait elle-même : C’est mon frère. J’ai agi avec un cœur intègre et des mains innocentes. » 6 Dieu lui répondit en songe : « Moi aussi, je sais que tu as agi avec un cœur intègre, et c’est encore moi qui t’ai retenu de pécher contre moi ; c’est pourquoi je ne t’ai pas laissé la toucher. 7 Rends maintenant à cet homme sa femme, car c’est un prophète qui intercédera en ta faveur pour que tu vives. Si tu ne la rends pas, sache qu’il te faudra mourir, toi et tous les tiens. » 8 Abimélek se leva de bon matin, convoqua tous ses serviteurs et les mit au courant de toute cette affaire ; ces gens eurent grand-peur. 9 Puis Abimélek convoqua Abraham et lui dit : « Que nous as-tu fait ! En quoi ai-je péché contre toi pour que tu nous aies exposés, moi et mon royaume, à un si grave péché ? Tu as agi avec moi comme on n’agit pas. » 10 Abimélek reprit : « Qu’avais–tu en vue en faisant cela ? » 11 Abraham répondit : « Je m’étais dit : Il n’y a pas la moindre crainte de Dieu dans ce lieu, ils me tueront à cause de ma femme. 12 D’ailleurs elle est vraiment ma sœur, fille de mon père sans être fille de ma mère, et elle est devenue ma femme. 13 Lorsque la divinité me fit errer loin de la maison de mon père, je dis à Sara : Fais-moi l’amitié de dire partout où nous irons : C’est mon frère. » 14 Abimélek prit du petit et du gros bétail, des serviteurs et des servantes ; il les donna à Abraham, lui rendit sa femme Sara 15 et dit : « Voici devant toi mon pays, habite où bon te semble. » 16 Puis il dit à Sara : « Voici que je donne mille sicles d’argent à ton frère ; ce sera pour toi comme un voile aux yeux de tous tes compagnons et, vis–à–vis de tous, tu seras réhabilitée. »17 Abraham intercéda auprès de Dieu, et Dieu guérit Abimélek, sa femme et ses servantes, qui eurent des enfants. 18 En effet, le SEIGNEUR avait rendu stériles toutes les femmes de la maison d’Abimélek à cause de Sara, la femme d’Abraham. (Traduction œcuménique de la Bible)

Père comblé au-delà de toute espérance.

Comme Dieu s’y était engagé, Sara donna naissance à un fils (Genèse 21.1-8)

(Genèse 21.1-8)
1 Le SEIGNEUR intervint en faveur de Sara comme il l’avait dit, il agit envers elle selon sa parole. 2 Elle devint enceinte et donna un fils à Abraham en sa vieillesse à la date que Dieu lui avait dite. 3 Abraham appela Isaac le fils qui lui était né, celui que Sara lui avait enfanté. 4 Il circoncit son fils Isaac à l’âge de huit jours comme Dieu le lui avait prescrit. 5 Abraham avait cent ans quand lui naquit son fils Isaac. 6 Sara s’écria : « Dieu m’a donné sujet de rire ! Quiconque l’apprendra rira à mon sujet. » 7 Elle reprit : « Qui aurait dit à Abraham que Sara allaiterait des fils ? Et j’ai donné un fils à sa vieillesse ! » 8 L’enfant grandit et fut sevré. Abraham fit un grand festin le jour où Isaac fut sevré. (Traduction œcuménique de la Bible)
. Abraham donna à l’enfant le nom d’Isaac, ce qui signifie « rire » ou « il rit » comme Dieu le lui avait demandé parce qu’en réaction à l’annonce faite par Dieu que sa femme, Sara, aurait un fils, Abraham avait ri parce qu’il croyait la chose impossible étant donné son âge avancé ainsi que celui de Sara (Genèse 17.17-19)
(Genèse 17.17-19)
17 Abraham se jeta face contre terre et il rit ; il se dit en lui-même : « Un enfant naîtrait-il à un homme de cent ans ? Ou Sara avec ses quatre-vingt-dix ans pourrait-elle enfanter ? » 18 Abraham dit à Dieu : « Puisse Ismaël vivre en ta présence ! » 19 Dieu dit : « Mais non ! Ta femme Sara va t’enfanter un fils et tu lui donneras le nom d’Isaac. J’établirai mon alliance avec lui comme une alliance perpétuelle pour sa descendance après lui. (Traduction œcuménique de la Bible)
. Sara rit, elle aussi, pour la même raison, lorsqu’elle apprit qu’elle aurait un fils (Genèse 18.12)
(Genèse 18.12)
Sara se mit à rire en elle-même et dit : « Tout usée comme je suis, pourrais–je encore jouir ? Et mon maître est si vieux ! » (Traduction œcuménique de la Bible)
.

La naissance d’Isaac
La naissance d’Isaac
La naissance d'Isaac - Bible de Pampelune - BM Amiens

La naissance d'Isaac

Bible historiée de Pampelune (1197)

© Bibliothèque municipale d'Amiens

Père frustré et affligé.

Sara ne supportant plus sa servante Hagar et son fils, Ismaël, elle demanda à Abraham de les renvoyer. Cette demande affligea beaucoup Abraham car il était très attaché à son fils Ismaël. Dieu demanda à Abraham de faire ce que Sara souhaitait car la descendance promise par Dieu viendra par Isaac. Genèse 21.9-14

Genèse 21.9-14
9 Sara vit s’amuser le fils que Hagar l’Egyptienne avait donné à Abraham. 10 Elle dit à ce dernier : « Chasse la servante et son fils, car le fils de cette servante ne doit pas hériter avec mon fils Isaac. » 11 Cette parole fâcha beaucoup Abraham parce que c’était son fils. 12 Mais Dieu lui dit : « Ne te fâche pas à propos du garçon et de ta servante. Ecoute tout ce que te dit Sara, car c’est par Isaac qu’une descendance portera ton nom. 13 Mais du fils de la servante, je ferai aussi une nation, car il est de ta descendance. » 14 Abraham se leva de bon matin, prit du pain et une outre d’eau qu’il donna à Hagar. Il mit l’enfant sur son épaule et la renvoya. Elle s’en alla errer dans le désert de Béer-Shéva. (Traduction œcuménique de la Bible)

Hagar chassée par Abraham
Hagar chassée par Abraham
Hagar chassée par Abraham

Agar chassée par Abraham (détail) d'Horace Vernet (1789-1863)

Huile sur toile peinte en 1837

Au premier plan, Abraham, Hagar et Ismaël, sous la tente Isaac entre les genoux de Sara qui a demandé le renvoi d'Hagar.

Nantes, musée d'Arts.

Crédit photo : © RMN / Gérard Blot

Conciliateur à propos de l’utilisation d’un puits.

Alors que les serviteurs d’Abimélek s’étaient emparés de force d’un puits appartenant à Abraham du côté de Béer-Shéva, le patriarche fait alliance avec Abimélek pour mettre fin au conflit. Genèse 21.22-32

Genèse 21.22-32
22 Or, en ce temps-là, Abimélek avec Pikol, le chef de son armée, dit à Abraham : « Dieu est avec toi en tout ce que tu fais. 23 Jure-moi par Dieu, ici et maintenant, de ne trahir ni moi, ni ma lignée, ni ma postérité : tu agiras envers moi et le pays où tu séjournes avec la même amitié dont j’ai usé envers toi. » 24 Abraham répondit : « Je le jure. » 25 Abraham porta plainte devant Abimélek au sujet du puits que les serviteurs de ce dernier avaient accaparé. 26 Abimélek s’écria : « Je ne sais qui a fait cette chose ; tu ne m’en avais pas même informé et moi-même je n’en ai entendu parler qu’aujourd’hui. » 27 Abraham prit du petit et du gros bétail qu’il donna à Abimélek et tous deux conclurent une alliance. 28 Abraham mit à part sept agnelles du troupeau. 29 Abimélek dit à Abraham : « Que font ici les sept agnelles que tu as mises à part ? » 30 Il répondit : « Pour que tu reçoives de ma main sept agnelles. Elles me serviront de témoignage que j’ai creusé ce puits. » 31 C’est pourquoi on appela ce lieu Béer–Shéva, car c’est là que tous deux avaient prêté serment. 32 Ils conclurent une alliance à Béer-Shéva. (Traduction œcuménique de la Bible)

Le puits d’Abraham à Béer Shéva
Le puits d’Abraham à Béer Shéva

Le puits d_Abraham beer shevaLe puits d'Abraham à Béer Shéva est un puits nomade du XIXe siècle qui aurait été creusé à l'origine par Abraham.

Photo © Bernard Cassard

Grande image

Une foi totale en Dieu.

Abraham a accepté d’offrir en sacrifice le fils qu’il aimait par-dessus tout, Isaac, afin d’obéir à Dieu. Pourtant, Abraham savait que les promesses que Dieu lui avait faites devaient se réaliser au travers de ce fils et de ses descendants et que tuer son fils annihilerait la réalisation de ces promesses. Malgré tout Abraham plaça sa confiance en Dieu et il fit ce que Dieu lui demandait. Genèse 22.1-19

Genèse 22.1-19
1 Or, après ces événements, Dieu mit Abraham à l’épreuve et lui dit : « Abraham » ; il répondit : « Me voici. » 2 Il reprit : « Prends ton fils, ton unique, Isaac, que tu aimes. Pars pour le pays de Moriyya et là, tu l’offriras en holocauste sur celle des montagnes que je t’indiquerai. » 3 Abraham se leva de bon matin, sangla son âne, prit avec lui deux de ses jeunes gens et son fils Isaac. Il fendit les bûches pour l’holocauste. Il partit pour le lieu que Dieu lui avait indiqué. 4 Le troisième jour, il leva les yeux et vit de loin ce lieu. 5 Abraham dit aux jeunes gens : « Demeurez ici, vous, avec l’âne ; moi et le jeune homme, nous irons là–bas pour nous prosterner ; puis nous reviendrons vers vous. » 6 Abraham prit les bûches pour l’holocauste et en chargea son fils Isaac ; il prit en main la pierre à feu et le couteau, et tous deux s’en allèrent ensemble. 7 Isaac parla à son père Abraham : « Mon père », dit-il, et Abraham répondit : « Me voici, mon fils. » Il reprit : « Voici le feu et les bûches ; où est l’agneau pour l’holocauste ? » 8 Abraham répondit : « Dieu saura voir l’agneau pour l’holocauste, mon fils. » Tous deux continuèrent à aller ensemble. 9 Lorsqu’ils furent arrivés au lieu que Dieu lui avait indiqué, Abraham y éleva un autel et disposa les bûches. Il lia son fils Isaac et le mit sur l’autel au-dessus des bûches. 10 Abraham tendit la main pour prendre le couteau et immoler son fils. 11 Alors l’ange du SEIGNEUR l’appela du ciel et cria : « Abraham ! Abraham ! » Il répondit : Me voici. 12 Il reprit : « N’étends pas la main sur le jeune homme. Ne lui fais rien, car maintenant je sais que tu crains Dieu, toi qui n’as pas épargné ton fils unique pour moi. » 13 Abraham leva les yeux, il regarda, et voici qu’un bélier était pris par les cornes dans un fourré. Il alla le prendre pour l’offrir en holocauste à la place de son fils. 14 Abraham nomma ce lieu « le SEIGNEUR voit » ; aussi dit–on aujourd’hui : « C’est sur la montagne que le SEIGNEUR est vu. » 15 L’ange du SEIGNEUR appela Abraham du ciel une seconde fois 16 et dit : « Je le jure par moi–même, oracle du SEIGNEUR. Parce que tu as fait cela et n’as pas épargné ton fils unique, 17 je m’engage à te bénir, et à faire proliférer ta descendance autant que les étoiles du ciel et le sable au bord de la mer. Ta descendance occupera la Porte de ses ennemis ; 18 c’est en elle que se béniront toutes les nations de la terre parce que tu as écouté ma voix. » 19 Abraham revint vers les jeunes gens ; ils se levèrent et partirent ensemble pour Béer-Shéva. Abraham habita à Béer-Shéva. (Traduction œcuménique de la Bible)

Abraham au moment du sacrifice d’Isaac

Abraham au moment du sacrifice d’Isaac
Abraham entendant Dieu lui demander de sacrifier son fils

Abraham de Jacopo Bassano (vers 1515-1592), dessin à l'estompe.

Étude pour la fresque du sacrifice d'Isaac, en haut à gauche du mur de l'autel de la Cappella del Rosario, dans l'église paroissiale de Cartigliano.

Musée du Louvre

Crédit photo : © RMN / Michèle Bellot

Le sacrifice d’Isaac
Le sacrifice d’Isaac
Le sacrifice d'Isaac

Le sacrifice d'Isaac de Jacob Jordaens (1593-1678)

Huile sur toile peinte en 1625 ou 1626

Milan, pinacothèque de Brera

https://pinacotecabrera.org/en/collezione-online/opere/sacrificio-di-isacco/

Veuf, il devint propriétaire d’une parcelle de terre.

À la mort de Sara, Abraham acheta un champ et une grotte qui lui servit de sépulcre. Ce fut sa seule acquisition immobilière, sachant que Dieu donnerait le pays entier à sa descendance. Genèse 23

Genèse 23
1 La vie de Sara dura cent vingt-sept ans. 2 Sara mourut dans le pays de Canaan, à Qiryath-Arba, c’est-à-dire Hébron. Abraham vint célébrer les funérailles de Sara et la pleurer. 3 Puis il se releva et s’éloigna de la morte pour parler aux fils de Heth. 4 « Je vis avec vous, dit–il, comme un émigré et un hôte. Cédez-moi une propriété funéraire parmi vous pour que j’ensevelisse la morte qui m’a quitté. » 5 Les fils de Heth répondirent à Abraham en ces termes : 6 « Ecoute-nous, mon seigneur. Dieu a fait de toi un chef au milieu de nous, ensevelis ta morte dans le meilleur de nos tombeaux. Aucun de nous ne t’interdira son tombeau pour la sépulture de ta morte. » 7 Abraham se leva pour se prosterner devant le peuple du pays, les fils de Heth. 8 Il leur parla en ces termes : « Si réellement la morte qui m’a quitté doit être avec vous dans un tombeau, écoutez–moi et intercédez pour moi auprès d’Ephrôn fils de Çohar, 9 pour qu’il me cède la caverne de Makpéla qui lui appartient à l’extrémité de son champ. Qu’il me la cède pour sa pleine valeur à titre de propriété funéraire parmi vous. » 10 Ephrôn était assis parmi les fils de Heth ; Ephrôn le Hittite répondit à Abraham au su des fils de Heth, à savoir de tous ceux qui venaient à la porte de sa ville, et il dit : 11 « Non, mon seigneur, écoute-moi : le champ, je te le donne ! La caverne qui s’y trouve, je te la donne ! Au su des fils de mon peuple je te la donne, ensevelis ta morte. » 12 Abraham se prosterna devant le peuple du pays 13 et dit à Ephrôn au su du peuple du pays : « O toi, si seulement tu voulais m’écouter ! Je te donnerais le prix du champ ! Reçois-le de moi, et c’est là que j’ensevelirai la morte. » 14 Ephrôn répondit à Abraham et lui dit : 15 « Mon seigneur, écoute-moi. Une terre de quatre cents sicles d’argent, qu’est-ce entre toi et moi ? Ta morte, ensevelis-la ! » 16 Abraham s’entendit avec Ephrôn. Il lui pesa le prix que les fils de Heth l’avaient entendu déclarer, quatre cents sicles d’argent, au taux du marché. 17 Le champ d’Ephrôn à Makpéla devant Mamré, le champ et la caverne incluse, y compris tous les arbres dans le champ, dans tout son périmètre, on en garantit 18 l’acquisition à Abraham, au vu des fils de Heth, de tous ceux qui venaient à la porte de sa ville. 19 Après quoi, Abraham ensevelit sa femme Sara dans la caverne du champ de Makpéla devant Mamré ; c’est Hébron au pays de Canaan. 20 Les fils de Heth garantirent à Abraham la propriété funéraire du champ et de la caverne qui s’y trouvait. (Traduction œcuménique de la Bible)

Les funérailles de Sara
Les funérailles de Sara
Les funérailles de Sara

À gauche, les funérailles de Sara, à droite, l'achat du champ et de la caverne de Makpéla à Éphrôn, le Hittite, pour quatre cents sicles d’argent.

Bible de Jean de Sy, XIVe siècle, Bibliothèque nationale de France.

Grande image

Voir la page du manuscrit

© bnf

 

Père, soucieux pour son fils, Isaac : il veut qu’il vive dans les meilleures conditions pour être son héritier spirituel.

Abraham demanda à son serviteur de confiance d’aller dans la ville de Harrân pour chercher dans sa famille une épouse pour son fils Isaac. Abraham espérait qu’une femme de sa famille partagerait la même foi dans les promesses comme son fils Isaac et lui, en acceptant de vivre dans le pays promis en tant qu’émigrée en attendant la réalisation des promesses, ce qu’il ne pouvait attendre d’une femme du pays de Canaan. Genèse 24

Genèse 24
1 Abraham était vieux, avancé en âge, et le SEIGNEUR l’avait béni en tout. 2 Abraham dit au plus ancien serviteur de sa maison, qui régissait tous ses biens : « Mets ta main sous ma cuisse 3 et jure-moi par le SEIGNEUR, Dieu du ciel et Dieu de la terre, que tu ne feras pas épouser à mon fils une fille des Cananéens parmi lesquels j’habite. 4 Mais tu iras dans mon pays et dans ma famille prendre une femme pour mon fils Isaac. » 5 Le serviteur lui répondit : « Peut-être cette femme ne consentira-t-elle pas à me suivre dans ce pays-ci ; devrai-je ramener ton fils au pays d’où tu es sorti ? » 6 Abraham lui dit : « Garde-toi d’y ramener mon fils. 7 Le SEIGNEUR, Dieu du ciel, m’a pris de la maison de mon père et du pays de ma famille, il m’a parlé et m’a fait ce serment : Je donnerai ce pays à ta descendance ; et c’est lui qui enverra son ange devant toi ; là-bas, tu prendras une femme pour mon fils. 8 Si la femme ne consent pas à te suivre, tu seras quitte de ce que tu m’as juré, mais ne ramène pas mon fils là-bas. » 9 Le serviteur mit la main sous la cuisse de son maître Abraham et lui prêta serment pour cette affaire. 10 Le serviteur prit dix des chameaux de son maître et il partit. Ayant en mains tout ce que son maître avait de meilleur, il se leva pour aller dans l’Aram-des-deux-Fleuves à la ville de Nahor. 11 Il fit s’accroupir les chameaux à l’extérieur de la ville près du puits, à l’heure du soir, l’heure où les femmes sortent pour puiser. 12 Il dit : « SEIGNEUR, Dieu de mon maître Abraham, permets que je fasse aujourd’hui une heureuse rencontre et montre ton amitié envers mon maître Abraham. 13 Me voici debout près de la source, et les filles des gens de la ville sortent pour puiser l’eau. 14 Eh bien ! La jeune fille à qui je dirai : Penche ta cruche que je boive et qui répondra : Bois, et j’abreuverai aussi tes chameaux, c’est elle que tu auras destinée à ton serviteur Isaac ; par là je saurai que tu as montré de l’amitié envers mon maître. » 15 Or, il n’avait pas fini de parler que Rébecca–elle était la fille de Betouël fils de Milka, elle–même femme de Nahor, le frère d’Abraham–sortit avec une cruche sur l’épaule. 16 La jeune fille était très charmante à voir ; elle était vierge et nul homme ne l’avait connue. Elle descendit vers la source, remplit sa cruche et remonta. 17 Le serviteur courut à sa rencontre et dit : « De grâce, donne-moi à boire une gorgée d’eau de ta cruche. » – s18 « Bois, mon seigneur », répondit-elle et, de la main, elle abaissa la cruche au plus vite pour le désaltérer. 19 Quand elle eut fini de le faire boire, elle dit : « Pour tes chameaux aussi j’irai puiser jusqu’à ce qu’ils aient bu à leur soif. » 20 Elle s’empressa de vider la cruche dans l’abreuvoir et courut de nouveau chercher de l’eau au puits ; elle puisa pour tous les chameaux. 21 Cet homme la suivait des yeux, silencieux, pour savoir si oui ou non le SEIGNEUR avait fait réussir son voyage. 22 Dès que les chameaux eurent fini de boire, l’homme prit un anneau d’or pesant un demi-sicle et deux bracelets d’or pesant dix sicles pour ses poignets 23 et lui dit : « De qui es-tu la fille ? De grâce, fais-moi savoir si la maison de ton père serait pour nous un lieu d’hébergement. » 24 Elle lui répondit : « Je suis fille de Betouël, le fils que Milka donna à Nahor. » 25 Puis elle lui dit : « La paille autant que le fourrage abondent chez nous, et même la place pour loger. » 26 L’homme s’agenouilla et se prosterna devant le SEIGNEUR 27 en disant : « Béni soit le SEIGNEUR, Dieu de mon maître Abraham, dont l’amitié et la fidélité n’ont pas quitté mon maître tandis que je voyageais, conduit par le SEIGNEUR à la maison des frères de mon maître. » 28 La jeune fille courut annoncer à la maison de sa mère ce qui venait d’arriver. 29 Rébecca avait un frère du nom de Laban. Il courut vers l’homme, dehors, à la source. 30 Dès qu’il eut vu l’anneau et les bracelets aux bras de sa sœur, et entendu sa sœur Rébecca lui dire : « C’est ainsi qu’il m’a parlé », il s’en alla vers l’homme qui se tenait avec les chameaux près de la source. 31 « Viens, dit–il, béni du SEIGNEUR. Pourquoi te tiendrais–tu dehors alors que dans la maison j’ai fait place nette pour les chameaux ? » 32 L’homme entra dans la maison et débâta les chameaux. On leur donna de la paille et du fourrage et, pour lui et ses compagnons, de l’eau pour se laver les pieds. 33 On lui présenta de quoi manger, mais il s’écria : « Je ne mangerai pas avant d’avoir dit ce que j’ai à dire. » – « Parle », répondit-on. 34 Il reprit : « Je suis serviteur d’Abraham. 35 Le SEIGNEUR a comblé de bénédictions mon maître qui est devenu un grand personnage. Il lui a donné petit et gros bétail, argent et or, serviteurs et servantes, chameaux et ânes. 36 Sara, la femme de mon maître, lui a enfin donné un fils en ses vieux jours. Mon maître lui a transmis tous ses biens 37 et m’a fait prêter serment en ces termes : Tu ne feras pas épouser à mon fils une fille des Cananéens dont j’habite le pays. 38 Jure d’aller vers ma famille, vers la maison de mon père, prendre une femme pour mon fils. 39 Je dis alors à mon maître : Peut-être cette femme ne me suivra-t-elle pas ? 40 Il me répondit : Le SEIGNEUR en présence duquel j’ai marché enverra son ange avec toi et fera réussir ton voyage : tu prendras pour mon fils une femme de ma famille et de la maison de mon père. 41 Tu ne seras quitte de mon adjuration que si tu vas chez les miens ; de même, si on ne te la donne pas, tu en seras quitte. 42 Aujourd’hui, je suis arrivé près de cette source et j’ai dit : SEIGNEUR, Dieu d’Abraham mon maître, si vraiment tu daignes faire réussir le voyage que je poursuis, 43 me voici près de la source : eh bien ! la jeune fille qui sortira pour puiser et à qui je dirai : « Donne-moi à boire un peu d’eau de ta cruche », 44 si elle me répond : « Bois toi-même, et je puiserai aussi pour tes chameaux« , ce sera la femme que le SEIGNEUR a destinée au fils de mon maître. 45 Je n’avais pas fini de parler en moi–même que Rébecca est sortie la cruche sur l’épaule ; elle est descendue à la source pour puiser. Je lui ai dit : De grâce, donne-moi à boire. 46 Elle s’est empressée d’abaisser la cruche et a dit : Bois, et j’abreuverai aussi tes chameaux. J’ai bu et elle a abreuvé les chameaux. 47 Je l’ai interrogée : De qui es-tu la fille ? Elle a répondu : Je suis la fille de Betouël, le fils que Milka donna à Nahor. J’ai mis alors l’anneau à ses narines et les bracelets à ses poignets. 48 Je me suis agenouillé et prosterné devant le SEIGNEUR ; j’ai béni le SEIGNEUR, Dieu d’Abraham mon maître, qui avait fidèlement conduit mon voyage afin que je prenne la nièce de mon maître pour son fils. 49 Et maintenant, si vous voulez montrer de l’amitié et de la fidélité envers mon maître, déclarez–le–moi. Sinon, faites-le-moi savoir et je me dirigerai soit à droite, soit à gauche. » 50 Laban prit la parole. Lui et Betouël s’écrièrent : « C’est du SEIGNEUR qu’est venue cette affaire et nous n’avons rien à t’en dire, ni en bien, ni en mal. 51 Rébecca est là devant toi : prends-la et va. Qu’elle soit la femme du fils de ton maître comme le SEIGNEUR l’a dit. » 52 Lorsque le serviteur d’Abraham entendit ces paroles, il se prosterna à terre devant le SEIGNEUR. 53 Le serviteur sortit des objets d’argent, des objets d’or et des vêtements qu’il donna à Rébecca, ainsi que de riches présents qu’il offrit à son frère et à sa mère. 54 Ils mangèrent et burent, lui et ses compagnons, et passèrent la nuit. Le matin quand ils furent levés, il dit : « Laissez-moi aller vers mon maître. » 55 Le frère et la mère de la jeune fille répondirent : « Qu’elle demeure avec nous quelque temps, une dizaine de jours, ensuite elle partira. » – 56 « Ne me retardez pas ! leur dit-il. Le SEIGNEUR a fait réussir mon voyage, laissez-moi donc partir chez mon maître. » 57 Ils reprirent : « Appelons la jeune fille et demandons-lui son avis. » 58 Ils appelèrent Rébecca : « Veux-tu partir avec cet homme ? » Elle répondit : « Oui. » 59 Ils laissèrent partir leur sœur Rébecca et sa nourrice, le serviteur d’Abraham et ses gens. Ils la bénirent alors en lui disant : 60 « Toi, notre sœur, deviens des milliers de myriades, que ta descendance occupe la Porte de ses adversaires ! » 61 Rébecca se leva avec ses servantes. Elles montèrent sur les chameaux et suivirent l’homme. Le serviteur prit Rébecca et partit. 62 Au coucher du soleil, Isaac s’en revenait au puits de Lahaï–Roï. Il habitait alors dans la région du Néguev 63 et était sorti méditer dans la campagne à l’approche du soir. Il leva les yeux et vit les chameaux qui arrivaient. 64 Rébecca leva les yeux, vit Isaac, sauta de chameau 65 et dit au serviteur : « Quel est cet homme qui marche dans la campagne à notre rencontre ? » – « C’est mon maître », répondit–il. Elle prit son voile et s’en couvrit. 66 Le serviteur raconta à Isaac tout ce qu’il avait fait. 67 Isaac la fit entrer dans sa tente. Il avait eu Sara pour mère ; il prit Rébecca et elle devint sa femme. Isaac l’aima et fut réconforté après la disparition de sa mère. (Traduction œcuménique de la Bible)

Éliézer chargé de trouver une épouse pour Isaac
Éliézer chargé de trouver une épouse pour Isaac
Eliezer

Sur le côté gauche, Abraham demande à Éliézer d'aller dans sa famille pour chercher une femme pour son fils Isaac.

Sur le côté droit, Rébecca donne à boire à Éliézer accomplissant le signe demandé à Dieu par Éliézer pour qu'il reconnaisse l'épouse destinée au fils d'Abraham.

Psautier dit de Saint-Louis, Bibliothèque nationale de France.

Voir la page du manuscrit

© bnf

Remarié et père de plusieurs enfants.

Une fois son fils marié, Abraham considéra sans doute que sa mission était terminée. Il épousa Qetoura qui lui donna encore plusieurs enfants. Genèse 25.1-4

Genèse 25.1-4
1 Abraham prit encore une femme ; elle s’appelait Qetoura. 2 Elle lui donna Zimrân, Yoqshân, Medân, Madiân, Yishbaq et Shouah. 3 Yoqshân engendra Saba et Dedân. Dedân eut pour fils les Ashourites, les Letoushites et les Léoummites. 4 Madiân eut pour fils Eifa, Efèr, Hanok, Avida et Eldaa. Ce sont là tous les fils de Qetoura. (Traduction œcuménique de la Bible)

Abraham fait d’Isaac son unique héritier.

Pour éviter toute confusion, sachant que les promesses que Dieu lui avait faites s’accompliraient au travers d’Isaac, il fait de lui son unique héritier. Genèse 25.5, 6

Genèse 25.5, 6
Abraham donna tous ses biens à Isaac. Aux fils de ses concubines, Abraham fit des donations. Mais, de son vivant, il les éloigna de son fils Isaac, vers le pays de Qèdèm. (Traduction œcuménique de la Bible)

La mort d’Abraham.

Après une heureuse vieillesse Abraham mourut. Ses fils, Isaac et Ismaël, l’ensevelirent dans le sépulcre familial auprès de Sara. Genèse 25.7-10

Genèse 25.7-10
7Voici le nombre des années de la vie d’Abraham : cent soixante-quinze ans. 8 Puis Abraham expira ; il mourut dans une heureuse vieillesse, âgé et comblé. Il fut réuni aux siens. 9 Ses fils Isaac et Ismaël l’ensevelirent dans la caverne de Makpéla, au champ d’Ephrôn fils de Çohar, le Hittite, en face de Mamré, 10 au champ qu’Abraham avait acquis des fils de Heth. C’est là qu’on enterra Abraham et sa femme Sara. (Traduction œcuménique de la Bible)

Les funérailles d’Abraham
Les funérailles d’Abraham

Les funérailles d'AbrahamLes funérailles d'Abraham - Isaac et Ismaël déposent Abraham dans un sarcophage.

Église romane de Saint-Savin (Poitou)

Voir l'image agrandie

© Région Poitou-Charentes, inventaire général du patrimoine culturel photographe J.Bonneau,2013

BILAN A PROPOS DE L’EXPÉRIENCE D’ABRAHAM.

Incontestablement, Abraham apparait comme un homme de bien et de cœur qui aime Dieu par-dessus tout et lui fait confiance. Mais, pendant une bonne partie de son expérience, cette confiance n’est pas absolue et ne s’applique pas à toutes les circonstances de sa vie. Bien que Dieu se soit révélé à lui et lui ait promis de le bénir, Abraham n’a pas pensé à s’adresser à lui pour lui demander conseil quand il pensait que sa vie était menacée. Il choisit d’avoir recours à un subterfuge plutôt que de prier Dieu, pour solliciter son aide. Il se mit alors dans une situation tellement critique que Dieu a dû intervenir pour les sortir, lui et sa femme Sara, d’une situation compliquée et désagréable.

Son impatience à voir la réalisation des promesses faites par Dieu l’a entrainé parfois à accepter des arrangements que Dieu n’a pas pu approuver parce qu’ils n’étaient pas conformes à son dessein pour Abraham et les familles de la terre. Lorsque Dieu a changé son nom et celui de sa femme, il semble que pour Dieu le moment était venu de faire d’eux le père et la mère d’une multitude de nations. Pourtant, Abraham avait toujours des doutes. Il avait encore peur que sa vie soit menacée, ce qui le conduisit une nouvelle fois à commettre la même erreur que par le passé en faisant passer sa femme pour sa sœur.

La naissance de son fils Isaac a certainement contribué à affermir la foi du patriarche. Lorsque son fils Isaac est devenu adolescent, Abraham lâche complétement prise et fait confiance à Dieu d’une manière absolue. Lui qui avait pris l’habitude de discuter les décisions divines, il a accepté d’offrir son fils Isaac en sacrifice sans la moindre contestation.

Les trois étapes par lesquelles Abraham est passé pour avoir une foi absolue :

La première, c’est lorsqu’il a accepté de quitter toutes ses attaches, y compris les autres divinités qu’il avait servies (Josué 24.2)

(Josué 24.2)
Josué dit à tout le peuple : « Ainsi parle le SEIGNEUR, Dieu d’Israël : C’est de l’autre côté du Fleuve qu’ont habité autrefois vos pères, Tèrah père d’Abraham et père de Nahor, et ils servaient d’autres dieux. » (Traduction œcuménique de la Bible)
pour partir sans savoir où Dieu le conduirait (Hébreux 11.8)
(Hébreux 11.8)
Par la foi, répondant à l’appel, Abraham obéit et partit pour un pays qu’il devait recevoir en héritage, et il partit sans savoir où il allait. (Traduction œcuménique de la Bible)
pour qu’il devienne une grande nation afin que soient bénies en lui toutes les familles de la terre (Genèse 12.1-3)
(Genèse 12.1-3)
1 Le SEIGNEUR dit à Abram : « Pars de ton pays, de ta famille et de la maison de ton père vers le pays que je te ferai voir. 2 Je ferai de toi une grande nation et je te bénirai. Je rendrai grand ton nom. Sois en bénédiction. 3 Je bénirai ceux qui te béniront, qui te bafouera je le maudirai ; en toi seront bénies toutes les familles de la terre. » (Traduction œcuménique de la Bible)
.

La deuxième, c’est lorsqu’il pensait que son héritier serait un de ses serviteurs parce que Dieu ne lui avait pas donné d’enfant. Il accepta de croire que Dieu accomplira sa promesse et que sa descendance sera aussi nombreuse que les étoiles du ciel. Parce qu’Abraham crut, Dieu le considéra alors comme juste. (Genèse 15.1-6)

(Genèse 15.1-6)
1 Après ces événements, la parole du SEIGNEUR fut adressée à Abram dans une vision. Il dit : « Ne crains pas, Abram, c’est moi ton bouclier ; ta solde sera considérablement accrue. » 2 Abram répondit : « Seigneur DIEU, que me donneras–tu ? Je m’en vais sans enfant, et l’héritier de ma maison, c’est Eliézer de Damas. » 3 Abram dit : « Voici que tu ne m’as pas donné de descendance et c’est un membre de ma maison qui doit hériter de moi. » 4 Alors le SEIGNEUR lui parla en ces termes : « Ce n’est pas lui qui héritera de toi, mais celui qui sortira de tes entrailles héritera de toi. » 5 Il le mena dehors et lui dit : « Contemple donc le ciel, compte les étoiles si tu peux les compter. » Puis il lui dit : « Telle sera ta descendance. » 6 Abram eut foi dans le SEIGNEUR, et pour cela le SEIGNEUR le considéra comme juste. (Traduction œcuménique de la Bible)

La troisième, c’est lorsqu’il accepta de sacrifier son fils Isaac par qui devait se réaliser toutes les promesses faites par Dieu tout en continuant à lui faire confiance. L’ange du Seigneur a pu alors faire cette déclaration surprenante : N’étends pas la main sur le jeune homme. Ne lui fais rien, car maintenant je sais que tu crains Dieu, toi qui n’as pas épargné ton fils unique pour moi.Genèse 22.12, Traduction œcuménique de la Bible. Ce « maintenant je sais que tu crains Dieu » nous révèle que cette épreuve du sacrifice d’Isaac a permis à Dieu de connaître la puissance de la foi d’Abraham. Sur la base de cette foi absolue d’Abraham, Dieu s’est engagé par serment à ce que toutes les nations de la terre se béniront dans la postérité d’Abraham parce que celui-ci a écouté la voix de Dieu (Genèse 22.15-18)

(Genèse 22.15-18)
15 L’ange du SEIGNEUR appela Abraham du ciel une seconde fois 16 et dit : « Je le jure par moi–même, oracle du SEIGNEUR. Parce que tu as fait cela et n’as pas épargné ton fils unique, 17 je m’engage à te bénir, et à faire proliférer ta descendance autant que les étoiles du ciel et le sable au bord de la mer. Ta descendance occupera la Porte de ses ennemis ; 18 c’est en elle que se béniront toutes les nations de la terre parce que tu as écouté ma voix. » (Traduction œcuménique de la Bible)
. La forme pronominale « se béniront » peut paraître étrange, cette formulation est la traduction littérale du texte hébreuVoir l’Ancien Testament interlinéaire hébreu-français et la Traduction œcuménique de la Bible.. Nous verrons, dans la deuxième et la troisième partie de cette conférence, le sens qui peut être donné à cette formulation« se béniront dans la postérité d’Abraham ».

Dans la même série
Laisser un commentaire